tumeur-peau

Le carcinome basocellulaire qui est le plus fréquent. Son évolution est strictement locale (pas de métastases). Il survient en peau saine (pas de lésion précancéreuse) au niveau du visage et du cou. Le carcinome basocellulaire est formé d’une prolifération anormale de cellules basales de l’épiderme. Il existe différentes formes :  superficiel, nodulaire « perle nacrée présentant une vascularisation), infiltrantes et sclérodermiformes. Les causes possibles du cancer basocellulaire sont l’exposition intense et répétée au soleil, notamment dès l’enfance, un phototype clair, des antécédents personnels de cancer de la peau (récidive), un déficit du système immunitaire. Une biopsie préalable au geste d’exérèse peut être faite pour affirmer le diagnostic s’il existe un doute clinique, si le traitement proposé n’est pas chirurgical, pour toutes les formes cliniques de mauvais pronostic ou si le geste chirurgical nécessite une reconstruction importante. Le traitement chirurgical consistant en une exérèse complète de la lésion est le traitement de référence. La radiothérapie est un traitement qui peut être proposé en deuxième intension. Elle permet d’être non invasive, et de réaliser un traitement curatif. Cette technique est proposée pour les lésions de grande taille, non opérables pour des raisons esthétiques ou fonctionnelles (à proximité de l’œil par exemple).

Ce traitement est aussi prescrit en adjuvant à la chirurgie pour diminuer le risque de récidive locale en cas de résection chirurgicale incomplète.  

 Le carcinome épidermoïde est beaucoup moins fréquent que le carcinome basocellulaire et apparait généralement chez les personnes âgées. Le carcinome spinocellulaire (ou épidermoïde) qui se forme à partir des kératinocytes qui sont situés majoritairement au niveau de l’épiderme (couche superficielle de la peau).

L’évolution est locale, et il y a possibilité de métastases (ganglionnaires ou viscérales). Le carcinome épidermoïde est souvent l’évolution d’une lésion précancéreuse comme les kératoses actiniques. Les facteurs de risques sont les même que les carcinomes basocellulaires, exposition solaire forte et intermittente jeune et les peaux claires.

La lésion est persistante et parait épaisse, squameuse et crouteuse, avec un aspect rouge. Cette tumeur peut ulcérée avec le temps et s’étendre localement avec un risque métastatique ganglionnaire ou viscéral. Différents types de traitements peuvent être proposés. La chirurgie d’exérèse de la lésion reste  le traitement généralement proposé. La radiothérapie permet un bon contrôle local également et est proposé en cas de tumeur inopérable ou si la chirurgie est incomplète. 

 

 Le mélanome est une tumeur se formant à partir de mélanocytes. Les facteurs de risque de sont :  les antécédents familiaux de mélanome, les antécédents personnels de mélanome, la peau claire, un nombre élevé de nævus, les antécédents d’expositions solaires intenses, avec coups de soleil. La lésion est suspectée, si : elle est asymétrique, les bords sont irréguliers, plusieurs couleurs différentes, diamètre de plus de 6 mm et qu’elle soit évolutive (extension en taille, en forme et en relief). Si une lésion est suspectée, une consultation avec un dermatologue est nécessaire, qui examinera au dermatoscope et procèdera à une excision chirurgicale de la lésion en vue d’un examen histopathologique. Les facteurs pronostiques examinés à l’anatomo-pathologie  sont l’épaisseur tumorale selon Breslow, l’ulcération et l’envahissement du ganglion sentinelle.

La mutation BRAF V600E est analysé en vue d’une indication de traitement ciblés en cas de stade localement avancé ou avancé (métastatique), la combinaison anti-BRAF et anti-MEK. SI la mutation n’est pas retrouvée, un traitement par immunothérapie avec les inhibiteurs de PD-1, peut être proposé en stade avancé ou adjuvant. En cas de stade avancé, un Pet scanner au 18 FDG et une IRM cérébrale sont réalisés dans le cadre du bilan d’extension. En cas de métastases cérébrales, une radiothérapie stéréotaxique sur les lésions sont réalisées (moins de 5 lésions) en une à trois séances.

En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui permettra d'améliorer ses performances ainsi que votre expérience utilisateur. En savoir plus sur notre page Politique de cookies