Tumeurs ORL - Larynx
Tumeurs ORL - Larynx
tumeur_larynxLe cancer du  larynx est  le plus fréquent descancers ORL. Un des signes précoce est le changement de voix (dysphonie).
Audiagnostic, environ 55% sont localisés, 30% sont loco- régionaux (avec atteinte ganglionnaire), 15%  sont métastatiques (généralement pulmonaire)


La majorité des cancers du larynx sontdes  carcinomes épidermoïdes.

Les facteurs de risque sont le Tabac et alcool

La localisation la plus fréquente est Glottique (cordes vocales)

 

Limite anatomique du Larynx:

Larynx sus glottique: Incidence du cancer: 35%

Epiglotte (supra et infra-hyoidien), pli aryépiglottique, arythénoides, ventricules de Morgagni, fausses cordes vocales.

Larynx glottique: Incidence du cancer : 65%

Cordes vocales, commissure antérieure, commissure postérieur

Larynx sousglottique: incidence du cancer: 1%

De  0,5cm  sous les cordes vocales  jusqu’aupremier  anneau trachéal.

 

Des métastases ganglionnaires cervicales sont retrouvées chez une majorité de patients diagnostiqués.

Le bilan d’examen complémentaire est : un scanner avec injection produit contraste iodé cervico-thoracique. Une panendoscopie des voies aériennes digestives supérieures et une fibroscopie pulmonaire sous anesthésie générale. 

Une Biopsie de la tumeurprimitive et/ou aspiration à l’aiguille fined’un des ganglions suspects permet deconfirmer le diagnostic. Un bilan dentaire avec soins, est réalisé également. Une prise en charge nutritionnelle est proposée car les patients présentent souvent une alteration de l’état général avec une perte de poids.

 

 Un traitement chirurgical est proposé quand la tumeur est opérable. Il existe différents type de Laryngectomie partielle. Une chirurgie endoscopique au laser ou stripping cordal valable pour les  tumeurs glottiques T1sélectionnés. Une cordectomie peut aussi être proposé, différentes techniques chirurgicales peuvent être proposé. Une radiothérapie seule peut également être proposé en cas de petite tumeur (T1, T2 glottiquesans atteinte de l’étage susglottique), sans atteinte ganglionnaire avec un excellent contrôle local et une bonne conservation de la voix. Cette radiothérapie peut être proposé en 20 séances, schéma hypofractionné ou en 33 ou 35 séances schema normofractionné.

L’irradiation des aires ganglionnaires est discuté en fonction de la taille de la tumeur, de l’atteinte des différentes structures laryngée et de la présence de ganglions. Le s cancers du larynx strictement glottiques n’ont  pasde drainage lymphatique. En  cas de  tumeur   du  larynx     sus/sous-glottique  ou d’extension  tumorale  franche  vers  le  larynx  sus-glottique, une irradiation des aires ganglionnaire de drainage est réalisé.

 

Le  cancer du larynx  de  stade III,   la  chimiothérapie  d’induction par le protocole TPF, Docetaxel - Cisplatine - Fluorouracile


suivie d’une radiothérapie a montréun taux de survie équivalent à 2 ans à la laryngectomie totalesuivie d’une radiothérapie adjuvante. Ce schéma de chimiothérapie d’induction avec une évaluation de la réponde thérapeutique, si elle est favorable, est suivie d’une radiothérapie-chimiothérapie est le protocole de préservation laryngé. En cas de réponse thérapeutique défavorable à la chimiothérapie induction et en cas d’absence de mobilité des cordes vocales une chirurgie de laryngectomie totale est réalisée. En effet, en cas de larynx non fonctionnel (corde(s) vocale(s) immobile(s), une prise en charge chirurgicale sera privilégiée afin de protéger les voies aériennes et éviter les fausses routes.

 

Si une chirurgie de type laryngectomie totale est proposé avec curage ganglionnaire bilatéral, il est réalisé une radiothérapie adjuvante (après la chirurgie) à une dose totale de 66Gy sur le lit opératoire (la ou était situé la tumeur) en 33 séances de 2 Gy et une dose de 45 à 50 Gy sur  les aires ganglionnaire de drainage de la tumeur.

 

Le cisplatine (100mg/m2) toutes les 3 semaines est la chimiothérapie concomitante à la radiothérapie, elle est indiquée en cas de marges de résections chirurgicales positives ou si les ganglions présentent une effraction extra-capsulaire.

Contrairement aux lésions avancées de l’oropharynx, la chirurgie des lésions tumorales avancées du larynx est obligatoire pour maintenir les fonctions de respiration et de déglutition notamment en cas d’immobilité des cordes vocales. Une Laryngectomie totale avec curage ganglionnaire bilatéral cervical est généralement réalisé avec une radiothérapie adjuvante plus ou moins associés à une chimiothérapie.

En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui permettra d'améliorer ses performances ainsi que votre expérience utilisateur. En savoir plus sur notre page Politique de cookies