Le dépistage et la prévention

depistage cancer nice

Le dépistage permet de détecter via des examens de détection un cancer au stade infra-clinique (absence de signes cliniques). Le dépistage permet de diagnostiquer un cancer plus tôt avant l’apparition de symptômes. Le cancer est ainsi à un stade moins avancé que s’il provoquait des signes cliniques avec un meilleur pronostic. Dans certains cas, le dépistage permet de détecter des lésions pré-cancéreuses (col de l’utérus et colo-rectal).

Le dépistage du cancer localisé permet de traiter à visée curative, et d’obtenir une probabilité plus importante d’être en rémission prolongée.

Le dépistage n’est pas synonyme d’un examen diagnostique. Seul une biopsie avec analyse anatomo-pathologique des tissus prélevés permet la confirmation du diagnostic.

 

On distingue :

Le dépistage de masse ou organisé lorsque les pouvoirs publics invitent à intervalles réguliers une partie de la population à pratiquer régulièrement un examen bien précis 

Le dépistage individuel lorsque cette démarche est envisagée dans le cadre de la relation entre un patient et son médecin traitant.

Le dépistage du cancer du sein

Le dépistage de masse du cancer du sein consiste en un examen clinique et une mammographie bilatérale plus ou moins associée à un échographie des deux seins et comparative tous les deux ans chez les femmes de 50 à 74 ans. une deuxième lecture systématique des mammographies jugées normales est assurée, par un second radiologue expérimenté.

depistage cancer centre haute energie

Dépistage du cancer colorectal

Le dépistage de masse du cancer colorectal est un test immunologique des selles (test Hemoccult II, détection de sang dans les selles) proposé par le médecin traitant. Ce test rapide s’adresse aux femmes et aux hommes, âgés de 50 à 74 ans, tous les 2 ans. S’il est positif, une consultation avec un gastro-entérologue est alors réalisé et la réalisation d’une coloscopie totale.
 

Dépistage du cancer du col de l’utérus

Les cancers du col de l’utérus sont provoqués par les human papilloma virus 16 et 18 en majorité. Des lésions pré-cancéreuses peuvent exister. Ces virus sont transmis par voie sexuelle. Un dépistage de masse du cancer du col de l’utérus chez les femmes de 25 à 65 ans par un test HPV et/ou un frottis cervico-utérin. Lorsqu’une anomalie est décelée, des examens complémentaires plus approfondis sont réalisées pour confirmer le diagnostic par un gynécologue.

Une vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) est proposé chez les jeunes filles et garçons à partir de 11 ans jusqu’à 14 ans.

 

Dépistage des cancers de la peau

Les cancers de la peau (carcinomes épidermoïdes, carcinome basocellulaires et mélanomes) doivent être surveillé chez les patients à risque de développer ce type de cancer. Une consultation annuelle chez le dermatologue permet de de surveiller et détecter au plus tôt les lésions cutanées pré-cancéreuses ou cancéreuses. Les patients présentant un facteur de risque sont : une peau aux phototypes claires, les antécédents personnels ou familiaux de cancer de la peau, les coups de soleil intense et fréquent dans l’enfance.

Une semaine de prévention et de dépistage gratuit de ces cancers de la peau est organisée tous les ans, en mai, par le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV).

 

Dépistage des cancers de la cavité buccale

Il n’existe pas de dépistage de masse du cancer de la cavité buccale.

Les cancers de la cavité buccale sont des cancers qui se développent au niveau du plancher buccal, de la langue, des amygdales, du palais, des joues internes, des gencives et des lèvres. Plus un cancer de la bouche est détecté tôt, plus les traitements sont efficaces (chirurgie).

 

Il est important de faire surveiller régulièrement la cavité buccale chez les patients fumeurs plus ou moins associés avec une consommation alcool régulière. Des signes cliniques persistants

Au niveau de la cavité buccale (masse, douleur) doivent amener à alerter le médecin traitant ou un chirurgien-dentiste afin de déterminer la cause et la nature de la lésion.

 

Dépistage du cancer de la prostate

Le dépistage du cancer de la prostate est individuel et à la demande du patient. Il consiste à un dosage du PSA total et un toucher rectal par un médecin. Il est proposé chez les patients de plus de 50 ans ou présentant des facteurs de risque comme des antécédents familiaux.

 

Dépistage du cancer du poumon

Il n’existe pas de dépistage de masse du cancer du poumon. Un scanner thoracique peut être proposé chez les patients fumeurs ou ancien fumeurs avec des signes cliniques respiratoires persistants (toux, difficulté respiratoire, crachats/ hémoptysies).

Signes cliniques d’alerte

Des symptômes peuvent alerter et amener à consulter un médecin afin de réaliser un examen clinique et des examens complémentaires :

  • Palpation d’un masse
  • Douleurs ne passant pas
  • Dyspnée, dysphonie, dysphagie, toux, crachats persistants
  • Troubles digestifs ou urinaires : troubles du transit, brûlures d’estomac ou de l’œsophage persistants,
  • saignements : métrorragies, sang dans les selles, sang dans les urines, tousser ou cracher du sang ;
  • perte de poids inexpliquée, fatigue
  • nouveau ou modification d’un naevus (grain de beauté)  

 

Les facteurs de risque de cancer qui favorisent la probabilité d’avoir un cancer.

Les facteurs de risque sont : la consommation de tabac, d’alcool (via éthanol dès un verre d’alcool), de viande rouge (facteur de risque des cancers colo-rectaux), le surpoids/l’obésité, exposition aux Ultraviolets (soleil, cabine de bronzage), expositions professionnelles à certaines substances (amiante, amine aromatique, poussière de bois…), les traitements hormonaux, les human papilloma virus oncogènes 16 et 18.

Le risque de cancer augmente avec une exposition plus importante (temps et dose totale).

Le tabac augment le risque de cancer ORL, de l’œsophage, du poumon, du pancréas, de la vessie, sein, rein, col de l’utérus …

L'alcool augmente le risque de développer plusieurs cancers : les cancers du sein, colorectaux, ORL, hépatique, œsophage et estomac.

coaching anti cancer nice

Les facteurs protecteurs qui diminuent la probabilité d’avoir un cancer

L’activité physique est un facteur protecteur. La consommation de fruits et légumes  avec le moins de pesticides possibles est un facteur protecteur également et lutte contre le vieillissement. L’arrêt du tabac et de l’alcool est nécessaire pour prévenir les cancers et éviter leurs récidives. 

Une consultation régulière avec son généraliste est important, et permet un suivi clinique. 

Une perte de poids, une fatigue, une sensation de blocage alimentaire, des difficultés à respirer, la palpation d'une masse, une douleur persistante, un saignement ou une anémie chronique, un déficit neurologique sont des signes d'alertes qui doivent amener à consulter son médecin traitant, surtout en cas de persistance des symptômes.

En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui permettra d'améliorer ses performances ainsi que votre expérience utilisateur. En savoir plus sur notre page Politique de cookies