Métastases osseuses
Métastases osseuses
metastases_osseuses

Les tumeurs primitives les plus fréquentes dont les cellules se propagent au niveau des os sont : les cancers du poumon, de la prostate, du sein et du rein.

Ces métastases peuvent soit entrainer une destruction de l’os : ostéolyse ou une ostéocondensation notamment dans les cancers de la prostate. 

Une biopsie par un chirurgien ou par un radiologue interventionnel peut être réalisé pour analyser en anatomo-pathologie, le type de tumeur.

Si les métastases sont inférieures ou égale à 5, il s’agit d’un stade oligo-métastatique, des traitements localisés, peuvent être alors être réalisé soit par chirurgie, soit par cimentoplastie réalisé par les radiologues interventionnels soit par une radiothérapie stéréotaxique, généralement entre 3 de 8-10 Gy et 5 séances de 6 à 7 Gy, une séance par jour et trois séances par semaine.

Un traitement systémique par chimiothérapie ou traitement anti-hormonal sont souvent indiqués. Par exemple dans le cancer de la prostate un traitement par analogue de la LHRH associé à une hormonothérapie de seconde génération (acetate d’abiraterone) est proposé en cas de cancer de la prostate métastatique au niveau osseux. Pour les cancer du sein hormonodépendant et HER2 négatif, un traitement anti-hormonal associé à un inhibiteur CDk4/6 peut aussi être indiqué.

S’il existe des douleurs osseuses localisées, une radiothérapie palliative à visée antalgique (de réduire la douleur) ciblé sur la métastase peut être proposé : 3 schémas sont possibles, 1 séance de 8 Gy, 5 séances de 4 Gy et 10 séances de 3 Gy. Les douleurs peuvent persister voir s’accentuer pendant et à la fin des traitements. L’effet antalgique est obtenu après une à troise semaines.

 

Pour diminuer la résorption osseuse, deux traitements sont possibles, le denosumab, un anti-corps anti-rank ligand permettant d’inhiber les osteoclastes (cellules responsables de la resorption osseuse) et les biphosphonates. Ils nécessitent un bilan phospho-calcique avant de débuter le traitement et un bilan bucco-dentaire avec une panoramique dentaire (effet indésirable possible osteonécrose de la mâchoire). Ce bilan dentaire est ensuite à renouveler une fois par an. De même un contrôle phospho-calcique régulier est préconisé car il existe un risque d’hypocalcémie.

Un dosage sanguin de la vitamine D est également réalisé avec une supplémentation par une ampoule de 100 000 UI mensuelle en cas de carence. Une supplémentation en calcium et en vitamine D peut également être prescrite en comprimé au quotidien, sauf si le calcium est à un taux élevé.

Une métastase vertébrale peut provoquer une fracture de cette vertèbre, notamment si la métastase est ostéolytique. La douleur peut être aiguë et localisé au niveau d’une vertèbre. Cette fracture si la moelle épinière ou les nerfs de la queue de cheval sont comprimés peut provoquer des signes neurologiques : faiblesse musculaire, paresthésie, dysesthésie, la perte ou au contraire la rétention des selles ou des urines, une douleur à type de sciatique. C’est une urgence médico-chirurgicale. Un traitement par corticoïde à forte dose doit être débuté et un avis chirurgical de décompression doit être demandé ainsi qu’une radiothérapie ou cimentoplatie.

En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui permettra d'améliorer ses performances ainsi que votre expérience utilisateur. En savoir plus sur notre page Politique de cookies