Tumeurs ORL - Rhino-pharynx (cavum)
Tumeurs ORL - Rhino-pharynx (cavum)
tumeur orl cavumLe Cancer du NASOPHARYNX OU CAVUM
Le nasopharynx ou cavum est la partie haute du pharynx (rhinopharynx) qui se situe en arrière des fosses nasales
Sa paroi latérale est constituée par la trompe d’Eustache qui communique avec l’oreille.
 

Les zones à haut risque de développer ce type de cancer sont :
Asie du Sud-Est Afrique du Nord et Moyen Orient, pourtour méditerranéen


 
La maladie survient soit chez les jeunes de 20–30 ans soit après 50 ans.

L’homme est plus fréquemment touché que la femme. 

Un facteur associé a ce cancer est le virus d'Epstein-Barr (EBV)

Il  est pratiquement toujours retrouvé et s'accompagne d'une augmentation des taux d'anticorps anti-EBV et la charge virale est recherchée. 

Il peut être retrouvé également le papilloma virus dans certaines séries de patients (HPV16)


Aucune relation avec l'intoxication alcoolo-tabagique, habituellement rencontrée dans les autres cancers ORL.

LES DIFFÉRENTES FORMES selon classification internationale de l'OMS distingue :
Type 1 : carcinome épidermoïde kératinisant, en fait rare et se voit surtout dans les régions du monde à très faible incidence.
Type 2 : carcinome épidermoïde non kératinisant (15 à 20% des cas).
Type 3 : UCNT (Undifferentiated Carcinoma Nasopharyngeal Type) d'origine épithéliale avec stroma lymphoïde caractéristique représentent entre 65% (Amérique du Nord) et 95 % (Chine) des cas

 
Les symptômes possibles sont une obstruction nasale, des saignements de nez ou épistaxis, l'apparition d'une perte de l'audition ou d'une surdité unilatérale ou une otite séreuse unilatérale

Plus rarement, les signes peuvent être neurologiques avec atteinte d'un ou plusieurs nerfs de la base du crâne.
Dans certains cas, il peut s'agir de la palpation d'une adénopathie cervicale apparemment isolée.

Un bilan diagnostic avec des biopsies réalisés par un chirurgien ORL et une analyse anatomo-pathologique est nécessaire. 
Un scanner massif facial et cervical et/ou IRM permet de mettre en évidence une éventuelle extension à la base du crâne ou intracrânienne et de rechercher des métastases et/ou un pet scanner au 18-FDG. Une pan-endoscopie sous anesthésie est également réalisé et un bilan dentaire.


Le traitement principal est une radiothérapie-chimiothérapie. Il n’y a pas d’intérêt de chirurgie préalable. La radiothérapie cible la tumeur le cavum, et les aires ganglionnaires cervicales bilatérales.

La dose conventionnelle en fractionnement standard (1,8 à 2 Gy par séance, 5 séances par semaine) est de 70 Gy sur la tumeur et 45-60 Gy sur les zones de traitement prophylactiques adjacentes à la tumeur.

Il y a un réel intérêt des nouvelles techniques de radiothérapie permet une bonne couvertures des volumes cibles et une diminution des effets secondaires, en limitant la dose aux tissus sains avec utilisation de la modulation d’intensité (RCMI) avce arc-thérapie volumique modulée.

La chimiothérapie concomitante à la radiothérapie, avec du cisplatine 100 mg/m2 toutes les trois semaines.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui permettra d'améliorer ses performances ainsi que votre expérience utilisateur. En savoir plus sur notre page Politique de cookies