Tumeurs ORL - Hypopharynx
Tumeurs ORL - Hypopharynx

Tumeurs_ORL_hypopharynxHypopharynx est une Localisation beaucoup plus rare, hypopharynx est situé entre oropharynx et le larynx. Les signes cliniques sont une douleur à la déglutition (odynophagie) ou une sensation de blocage lors du passage des aliments (dysphagie).


Les facteurs de risque sont le Tabac et/ou L’alcool. 

La majorité des tumeurs se situe au niveau du sinus piriforme et ont une atteinte métastatique ganglionnaire. 
Ce sont majoritairement des carcinomes épidermoïdes
Limites  anatomiques  :  Plan  supérieur  de l’os  hyoïde jusqu’au  bord  inférieur  du  cartilage  thyroïde. 
Le bilan d’examen complémentaire est : un scanner avec injection produit contraste iodé cervico-thoracique. Une panendoscopie des voies aériennes digestives supérieures et une fibroscopie pulmonaire sous anesthésie générale. 

Une Biopsie de la tumeurprimitive et/ou aspiration à l’aiguille fine d’un des ganglions suspects permet de confirmer le diagnostic. Un bilan dentaire avec soins, est réalisé également. Une prise en charge nutritionnelle est proposée car les patients présentent souvent une altération de l’état général avec une perte de poids.

 

Le principe de prise en charge thérapeutique des cancers de l’hypopharynx présente beaucoup de similitudes avec celle du larynx : Elle repose principalement sur l’objectif de préservation laryngée.

 

Dans les cas de petite tumeur, une radiothérapie exclusive est proposée 70 Gy en 33 à 35 séances de 2 Gy sur sept semaines sur la tumeur et ganglions atteints et une dose prophylactique de 45 à 50 Gy sur les aires ganglionnaires électives (c’est-à-dire potentiellement atteinte).

 

Une chirurgie de préservation laryngée
et curage ganglionnaire bilatéral 
est une option thérapeutique. Elle doit être complétée par une radiothérapie post-opératoire plus ou moins associé à une chimiothérapie en cas d’atteinte ganglionnaire, de marges chirurgicale positive (résection inconplète)engainement peri-nerveux et / ou embols vasculaires ou d’invasion du cartilage.

 

Une  grande  majorité de patient sont des  stades avancés avec atteinte ganglionnaire cervicale ou métastatique au diagnostic : la radiothérapie-chimiothérapie est souvent préférée à la chirurgie surtout si elle implique une laryngectomie totale avec trachéostomie.

Cependant, en cas de larynx non fonctionnel, une prise en charge chirurgicale sera privilégiée afin de protéger les voies aériennes et éviter les fausses routes.

En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui permettra d'améliorer ses performances ainsi que votre expérience utilisateur. En savoir plus sur notre page Politique de cookies